jeudi 18 mai 2017

mercredi 17 mai 2017

Black Lagoon Fanzine, l'avis de David Didelot

Les premiers retours tombent enfin et ça commence avec celui de David Didelot, ou plutôt "le" David Didelot, qu'il n'y a plus besoin de présenter à ce stade. Un compte-rendu pour le moins détaillé et qui laisse sous-entendre que ce jeune fanzine est plutôt bon, ce qui est non seulement un soulagement mais aussi un bel encouragement pour la suite.
Les premières impressions sont toujours importantes, donc nous le remercions évidement tous pour avoir prit la peine de nous lire et d'avoir donné son ressenti, mais surtout d'être aussi sympa avec la bande de "petits nouveaux" que nous sommes, pour ce premier essai.

Ci-dessous son petit texte, tel qu'il est paru sur Facebook.


[Ciné] Alien: Covenant


Alien: Covenant
(2017)
Mega CGR Centre, Tours (37)

Sinon Creepozoids vient de sortir en Blu-ray.
Un choix autrement plus recommandable.


lundi 15 mai 2017

15 ANS – The Hell of It


Dans le titre, j'ai mis "15 ans" en majuscule histoire d'être sûr qu'on comprenne que c'est l'anniversaire du blog. Parce que cette année j'ai un peu l'impression d'avoir passé un cap: quand on y pense, quinze ans ce n'est pas rien. Ce n'est pas grand chose non plus vous allez me dire, mais puisque c'est globalement la moitié de mon âge, ça remet un peu les choses en perspective.
Alors évidemment ça ne fait pas exactement depuis tout ce temps que L'Imaginarium existe – je ne sais même pas si Blogger / Blogspot était déjà en place en 2002, et s'il faut compter la plateforme en elle-même, elle n'a pas vu le jour avant 2006. Mais cela fait bel et bien quinze ans que j'ai commencé à chroniquer des films, débutant avec ce qui n'était qu'un simple journal de bord de mes explorations et découvertes. Un projet passe-temps que j'aurai très bien pu interrompre au bout de quelques semaines, ou mois, eus-je été plus impliqué dans mon parcours scolaire ! Pour ainsi dire c'est à la fois un hasard et un miracle que j'ai pu continuer les choses jusque là, malgré quelques absences répétées années après années faute de temps, de motivations ou de temps libre.

Pour autant, si ces quinze années peuvent sembler longues, elles ne pèsent pas bien lourd au regard de ce qu'ont réalisé certains collègues. D'un côté vous avez les géants, qui ont l'âge de mes parents ou presque et qui ont commencés lorsqu'ils avaient eux-mêmes 16-17 ans. Un peu des mini-célébrités dans le milieu, qui font généralement parole d'évangile et historiens incontestés. Leurs fanzines sont des institutions, ils ont écrit des livres, participé à divers gros projets, certains trempent dans le milieu "officiel" du journalisme (spécialisé) et d'autres ont même tenu des boutiques ou tournés dans des petits films ! En comparaison, on (c'est-à-dire "je") se sent ridicule, on se dit qu'on a jamais rien accompli de concret et, en regardant bien, il n'y a pas un seul truc dont on peut se targuer d'être fier.
Et puis vous avez les "nouveaux", la relève, que constituent a peu près tous les autres qui aimeraient bien en arriver là (plus chiant encore sont ceux qui n'y pense même pas, faisant ça les doigts dans le nez un peu comme ce connard de premier de la classe, qui avait 20/20 à chaque matière sans jamais avoir à réviser). Ce sont blogs, sites et fanzines en pagailles, pour une "concurrence" bien plus épanouie que je ne le serai jamais. Surtout à l'aube de la convention du Bloody Week-End.

Ils sont parfois seuls, ultra motivés et productifs, ou bien ils forment des groupes qui ont la supériorité du nombre et des contacts. Qu'ils soient adoubés par les anciens, jeunes loups aux dents longues ou petites bêtes qui grimpent, qui grimpent, ils accumulent les travaux avec ferveur et sens du marketing: ça attire les jeunes et les néophytes, ça fonctionne au partage de masse et ça se montre au final ultra compétitif dans la "communauté". Du coup, face à ces succès fulgurant, ce dynamisme, ce déploiement de moyens, on (c'est-à-dire "je") se sent en retard, à la masse, incapable de riposter, d'égaler ou juste de suivre le mouvement, et on se dit "à quoi bon ?" – et puis il y a bien sûr l'impression un peu triste que tout ce travail ne m'a jamais mené à rien. Beaucoup de projets, beaucoup d'idées, mais surtout beaucoup d'illusions.
Et pourtant ! Bien que perdu quelque part dans l'ombre de ces deux extrêmes, invisible, anecdotique et sans doute inintéressant, j'avoue avoir un certain plaisir à voir cet endroit bien à moi continuer à exister. Il change de nom et de forme constamment (avez-vous remarquez l'altération de ces derniers jours ?) mais il est toujours là, avec des publications régulières malgré tout.

Ce qui a commencé avec quelques mots griffonnés malhabilement dans un cahier d'écolier poursuit encore son chemin, se réinventant constamment (sans doute en dépit du bon sens !) pour continuer à exister, sans se soucier de ce qu'en pense son propre créateur. J'admire sa faculté d'adaptation et je vois un peu cela comme une "fuite", non d'eau ou de gaz, mais d'Imagination, jaillissant hors de son carcan (la Pensée, chose éthérée et éphémère conçue par le cerveau humain) pour se consolider à travers quelque chose de plus tangible, bien que ironiquement toujours virtuelle... – Laissez, j'ai abusé du cidre.
Et donc au final, pour cette année, j'ai fais des cookies. Ils n'étaient pas très bon (ça va faire longtemps que je n'avais pas fait de gâteau, j'ai perdu la main), mais c'est plutôt à l'image du blog. Ce n'est pas ce gros gâteau bien beau bien riche qui impressionne, mais ce n'est pas une absence de festivité comme si tout était encore à faire, en partant de zéro. C'est quelque part entre les deux, et ça me paraissait approprié.

PS. La chronique de Cobra n'est toujours pas prête. A ce rythme là, elle finira par avoir son propre non-anniversaire !


PPS. Je sais que cette fois-ci je devais parler de l'avant blog, comment tout cela s'est développé, ce qui a fait naitre cette passion générale pour les histoires de plantes mutantes, de ninjas cyborgs et de fantômes extraterrestres, mais quand j'ai commencé à écrire sur le sujet j'ai vite réalisé que ça ne fonctionnait tout simplement pas. C'est un peu comme raconter à quelqu'un comment vous avez fait vos courses, en remplaçant les produits par des films de John Carpenter ou des BDs avec des robots et des vampires. C'est dérisoire.

vendredi 5 mai 2017

Black Lagoon Fanzine #1, la vidéo !


Black Lagoon #1 est bientôt disponible et, après le succès que fut son annonce avec sa belle couverture et son sommaire très complet, voici une nouvelle stratégie marketing pour vous faire baver: la vidéo présentant le fanzine sous sa forme finale, tel qu'il sera lorsque vous l’achèterez.
Alors ça manque de musique d'ambiance (encore que je reconnais l'excellente Soul of a Man de Steven Stern !) et ça bouge comme dans du Found Footage moisi de chez Blumhouse Productions, mais l’œil attentif pourra admirer la mise en forme, se faire une meilleure idée des différents articles présents dans les pages et feuilleter, presque, quelques morceaux de textes. Miracle, mes chroniques d'Aquanoids, de Sharkman et du comic-book Les Monstres de la Mer Attaquent ! apparaissent, ce qui est super flatteur.


Au passage, je sais que tourner le couteau dans la plaie ne sert à rien si ce n'est à pleurnicher toujours un peu plus, mais le résultat me fait encore plus regretté de ne pas avoir eu droit à la couleur...
Quoiqu'il en soit, je vous laisse avec l'annonce qui accompagne la vidéo sur la page Facebook, laquelle renseigne un peu plus sur les méthodes de paiements pour ceux que cela intéresse. D'ailleurs n'hésitez pas à vous abonner pour suivre les informations sur le fanzine en général et encourager l'équipe.

Maintenant que le fanzine vient de nous être livré, les ventes vont pouvoir commencer. Histoire de vous faire oublier le chaos médiatico-politique qui vous aura lessivé le cerveau dimanche soir, nous vous expliquerons dés lundi toutes les modalités pour commander ce numéro. Les règlements pourront se faire soit via Paypal soit par chèque aux adresses que nous vous communiquerons. Sachez déjà que les frais de port pour la France en tarif éco (et pour un exemplaire) se monteront à 4,40 euros (Les enfoirés. Heureusement que c'est en éco.... ) et à 1,70 pour les autres pays européens grâce à la ligne "Livres et brochures". Décidément c'est toujours chez soi qu'on est le plus mal servi. Alors si vous passez fin mai au Bloody Weekend n'oubliez pas de nous le faire savoir, tout comme les absents qui désireraient le faire récupérer sur place par un pote histoire d'économiser quelques écus.
Nous tenons à remercier tous ceux qui ont porté intérêt à notre canard, qui nous ont félicités pour la couverture et le sommaire. Du coup on s'est dit qu'une jolie couv' c'était bien mais que le futur lecteur de Black Lagoon était en droit de voir à quoi ressemblait l'intérieur du zine avant de mettre la main au porte-monnaie. On a donc fait une petite vidéo qui donne un léger aperçu des centaines de pages que composent ce premier numéro, vidéo réalisée avec les pieds et à l'aide d'un vieux Samsung Galaxy donc ne soyez pas trop regardant sur le résultat.

Tout l'équipe du Lagon Noir vous souhaite un bon weekend !
Tachez de ne pas vous entretuer dimanche sur les réseaux sociaux.


Ps. Donc apparemment je vous souhaite un bon weekend. On va dire que c'est vrai, mais en vérité sachez que l'on ne m'a même pas demandé mon avis sur le sujet.


samedi 29 avril 2017

[Ciné] Les Gardiens de la Galaxie, vol. 2


Les Gardiens de la Galaxie, vol. 2
Guardians of the Galaxy, vol. 2 (2017)
Mega CGR 2 Lions, Tours (37)


Quand le blockbuster-type "plus rigolo et avec plus d'explosions" dont Hollywood raffole est remplacé par du "plus d'émotion et plus centré sur les personnages". Gunn ne fait pas le film qu'on attend de lui et fait SON film.

Tout est bonnard dans le canard/10


lundi 24 avril 2017

Space: Punisher (2012)


Space: Punisher
(2012)


Une bien étrange BD que ce Space: Punisher. Il s'agit moins d'une histoire que l'élaboration d'un nouvel univers alternatif pour Marvel Comics, une introduction permettant aux auteurs de placer les personnages de leur choix dans une continuité différente de l'officielle (dite 616). Un peu à la manière de Marvel Zombies, Noir, The End ou Marvel Universe vs. Ainsi le titre de l’œuvre, Space: Punisher, pourrait être décliné à l'infini et proposer d'autres volumes baptisés Space: Wolverine, Space: Deadpool, Space: Spider-Man, etc. L'auteur lui-même s'en amuse et, lors d'une interview à propos de son comic-book sur le site de MTV, racontait vouloir absolument écrire un Space: Mole Man, qui effectivement aurait sans doute été hilarant !
Et il faut reconnaitre que cette nouvelle version du Marvel Universe est plutôt séduisante puisque prenant la forme d'un space opera. Certes, nombreux sont les personnages cosmiques dans le roster de la Maison des Idées et, entre un Silver Surfer, un Super Skrull et quelques Gardiens de la Galaxie, il existe déjà une multitude d'aventures spatiales dans leur catalogue et il n'y a pas tellement besoin d'y voir plus loin. Mais ici le concept est de détourner toutes les figures connues, de les réadapter sans se soucier de logique ou de cohérence avec les publications précédentes: le scénariste est totalement libre de faire ce qu'il veut à qui il veut.


Au-delà de ça, Space demeure un vaste terrain de jeu où l'on ne se contente pas d’aligner quelques extraterrestres et vaisseaux spatiaux: c'est au contraire l'occasion parfaite de jouer avec les références, les hommages et les gadgets improbables ! Par exemple, si Frank Castle est un adepte de l’artillerie lourde sur Terre, jonglant entre les mitrailleuses, les lance-roquettes, les mines et les grenades, il se rapproche cette fois plus du Lobo de DC dans ses techniques d'extermination: épée laser, bombe à trou noir, téléporteur expédiant dans le vide de l'espace et canon spatial géant placé en orbite des planètes qu'il visite !
Le créateur, Frank Tieri (Punisher: Noir, qui revisitait déjà l'univers 616 sous une thématique particulière, le crossover The Darkness / Wolverine, mais aussi le jeu Marvel vs. Capcom 3, et son complément Ultimate), s'éclate dans tous les sens avec les nombreuses possibilités de son bébé, visant avant tout l'humour, le divertissement. Une illustration de fusillade reprend la fameuse pochette du jeu Doom, l'antagoniste réalise a quel point le Punisher est prêt à tout pour arriver à ses fins et s'exclame "Even vengeance has its limits" en une référence au film avec Dolph Lungren, et lorsque les Watchers entrent en jeu, ils étudient l'affaire Frank Castle en observant ses alter-egos de Punisher: Noir et de la version Garth Ennis du label MAX.


Outre les gags qui fusent dans tous les sens (le Général Ross qui désintègre un subalterne ayant un très mauvais sens de l'humour), ce qui retient le plus l'attention reste évidemment les transformations apportées à l'univers Marvel. Ici il est globalement tenu en ordre par la Avenger Federation, une ligue de super-héros si vaste qu'elle habite sur sa propre planète ! On y retrouve quelques figures connues et apparemment inchangées comme un Captain America, Vision, Thor ou la Sorcière Rouge, mais on constate ensuite que Ant-Man et Wasp sont des humanoïdes à moitiés insectes et Iron Man est une sorte de Two-Face mi-humain mi-robot. Une petite armée qui a fini par venir à bout de Galactus, mais un autre danger vient maintenant secouer les voyageurs de l'espace: Hulk. Toujours Bruce Banner, victime d'exposition aux radiations Gamma, sauf qu'ici le colosse vert fait place à un géant à quatre bras hommage évident aux martiens de Edgar Rice Burroughs et de son John Carter.
Celui-ci navigue à poil dans le cosmos, pulvérisant le moindre vaisseau passant à sa portée, et les forces militaires font ce qu'elles peuvent pour se débarrasser de lui depuis qu'il a massacré les Quatre Fantastiques. Mais un danger plus grand se cache, inconnu de tous: une alliance entre différents tyrans intergalactiques portant le nom de Six-Fingered Hand (la main à six doigts).  Une mafia œuvrant aux quatre coins de la galaxie, la contrôlant secrètement à travers toutes les organisations criminelles existantes.


Ses six leaders ce sont Magneto, qui ressemble à un sorcier, Ultron, apparemment organique même s'il est soit-disant artificiel, Red Skull, toujours le Nazi que l'on connait mais dont l'armée est constituées de Hitlers monstrueux possédant griffes, crocs, cornes ou yeux multiples, Dr. Octopus, dont les jambes sont remplacées par de véritables tentacules, le Green Goblin, qui garde son apparence habituelle sauf qu'ici ce n'est pas un costume, et enfin la Reine d'une race appelée Sym-brood, fusion entre les Broods (les Xénomorphes de Marvel) et les symbiotes ! Punisher: Space s'ouvre même sur l'image assez épique de plusieurs Acanti, ces poissons géant servant de vaisseau aux aliens, portant ici les couleurs de Venom...
Parmi les autres personnages croisés dans les pages du comic, citons également Rhino, désormais humanoïde-animal façon Rocksteady des Tortues Ninja, Barracuda, le "mutha fucka" hardcore qui est désormais un homme-poisson même si cela ne l'empêche pas de regarder du porno ("fish porn !") et le Corsaire, originellement pirate de l'espace et père de Scott Summers (le Cyclops des X-Men) et qui ici s'éclate dans des partouzes avec hommes, femmes, chevaux et sirènes !
Naturellement, Frank Castle lui-même est revisité pour l'occasion, et si le crâne sur le torse demeure, de même que sa croisade contre les criminels, il apparait presque comme un personnage totalement différent de celui que l'on connait. Peut-être trop d'ailleurs.


Le passé de ce Punisher n'est pas totalement révélé et on ignore s'il est un vétéran d'une quelconque guerre stellaire. Sa famille a cependant été tuée par l'organisation 6FH et lorsque le récit commence, cela fait huit ans qu'il traque les responsables, passant pour un fou aux yeux d'autrui puisque personne ne sait qu'ils existent vraiment. Frank Castle n'est toutefois pas seul dans sa quête puisqu'il peut compter sur l'aide d'un petit robot multifonctions, Chip (diminutif de Microchip, d'après son sidekick d'un temps dans l'univers 616), construit à l'image de son défunt fils, et l'intelligence artificielle de son vaisseau spatial. Baptisée Maria, du nom de sa femme, celle-ci en adopte même quelques traits de caractères et utilise sa voix !
Intéressante idée que d'offrir une famille de substitution un peu tordue à Castle, ce qui contribue à sa psyché endommagée et ne fait que le conforter dans son idée de vengeance. Pourtant, loin du tueur limite Boogeyman de la continuité officielle, ce Punisher là apparait comme un bout-en-train, cherchant constamment la blague foireuse, souriant comme un imbécile et se montrant extrêmement arrogant. Ajoutez à cela de longs cheveux qui lui donne l'apparence d'une star de films d'action des années 90 tendance Jalal Merhi, Steven Seagal ou un membre de l'Agence Acapulco, et il passe bien vite pour un gros... douchebag, à défaut d'un mot français...


Et voilà le problème de Space: Punisher. Si la construction de l'univers est intéressante,  le concept à du potentiel et que le ton est volontiers léger et déconneur, il est tout bonnement impossible de s'attacher à son héros ni de s'intéresser à son histoire. Sa "vengeance" n'apparait pas vraiment légitime vu combien il compte sur ses compagnons pour se débarrasser d'un obstacle, donnant parfois l'impression qu'il ferait mieux de rester en retrait et laisser Chip et Maria faire le boulot efficacement. Tout simplement, on ne sent pas le "Punisher", le soldat perdu dans une guerre qui ne se terminera jamais, celui qui exécute sommairement ses proies sans faire montre de regret ni de la moindre émotion. Même l'hilarant Jake Gallows, le Punisher 2099, exagéré à l'extrême, avait plus de légitimité par son attitude et ses actions.
Néanmoins il serait faux de dire que Frank Castle n'existe que sous sa version moderne, ayant prit forme lorsque Garth Ennis s'est emparé de lui, et les années antérieures regorgent d'histoires où celui-ci apparait différent, parfois plus détendu et limite James Bond, parfois caricatural dans sa rage meurtrière. Citons au hasard Échec au Caïd, où il prenait le temps d'avoir une aventure sexuelle avec une jolie équipière... Certains lecteurs n'auront donc aucun problème avec le du personnage tel qu'il est présenté ici, même s'il faut reconnaitre que sa croisade  rencontre tellement peu de difficultés qu'elle n'est guère passionnante.


C'est plutôt Hulk qui vole la vedette, apparaissant ici et là au fil des pages et servant surtout comme une sorte de Deus Ex Machina dans le dernier acte. Comparé à Moby Dick par le scénariste, dans sa présence implacable à travers l'espace, son invulnérabilité et son comportement destructeur, il offre parmi les meilleurs scènes du comic-book. Comme lorsqu'il arrache la tête de Deadpool d'un coup de dents pour mieux la recracher dans l'espace, ou qu'il étrangle Samson avec ses propres cheveux ! Il fait un nœud avec le corps élastique de Mr. Fantastic et à bon usage de ses quatre bras lorsqu'il s'agit d'étriper une bande de Watchers aussi grands que lui. La meilleure scène ? Quand Bruce Banner réapparait, toujours vivant à l'intérieur du corps, comme une sorte de Chestbuster prisonnier, suppliant Castle de l'achever.
D'autres moments d'anthologie montre la douloureuse agonie du Dr. Octopus, attaché à l'avant de Maria et lentement déchiqueté par la vitesse du vaisseau en plein vol. Prisonnier d'un rêve idéal, Castle fini par briser l'illusion en se tirant une balle en pleine tête tandis que qu'un duel le confronte au gringalet Jarvis, majordome des Avengers, qui ici semble totalement invulnérable. Notons enfin la conclusion, loin d'être satisfaisante puisque trop "ouverte" mais semblant être un clin d’œil à ces intrigues où le Punisher va si loin qu'il fini par détruire le monde (Punisher Kills the Marvel Universe, l'apocalyptique Punisher: The End ou encore Marvel Universe vs. The Punisher).


Avec tout ça, allez comprendre, l'éditeur ne semble pas vouloir inclure d'insultes dans le livre et celles-ci s'affichent sous l'habituelle forme censurée ("^#*%"), ce qui a toujours l'effet de me faire sortir du récit, personnellement. Quoiqu'il en soit, et malgré ses défauts, Space: Punisher est suffisamment innovant et fun pour mériter le coup d’œil, d'autant qu'il possède un autre atout dans sa manche: son artiste, Mark Texeira. Déjà présent sur quelques numéro du Punisher "normal"  par le passé, celui-ci ne se contente pas de dessiner les quatre numéros qui forment la publication, puisqu'il travail aussi la peinture. Son style offre une atmosphère particulière qui détonne des travaux plus communs de ses collègues, et s'il n'est pas Alex Ross, il demeure extrêmement talentueux. Jetez un œil à ses représentations de Red Sonja et Vampirella, pour voir ! Elles y sont belles comme des déesses.
Il apparait presque étrange que l'univers Space n'ait jamais été réutilisé, quand bien même la BD appelait à une suite en "libérant" son univers de toute force supérieure pouvant contrôler ou limiter ses personnages: l'épilogue montre le chaos s'étendre à travers la galaxie et les héros peuvent tous se mettre au travail, laissant la place à un Space: Avengers Federation qui n'a jamais vu le jour...
Le Battleworld de Secret Wars aurait été une bonne occasion de ressortir l'idée, même à petite échelle, et on peut toujours espérer qu'un quelconque crossover ou Big Event puisse ramener cette version du Marvel Universe. Pour l'heure, l'ouvrage reste disponible, au choix, dans son format original ou dans le volume TPB les réunissant. Ou au format digital, comme l'indiquait cet horrible sticker sur les couvertures, gâchant de si belles illustrations au passage...



GALERIE

https://i.imgur.com/jI23Z1a.jpg    https://i.imgur.com/9KtYOAt.jpg

https://i.imgur.com/FHFKWvq.jpg    https://i.imgur.com/FHFKWvq.jpg    https://i.imgur.com/qgf9cyC.jpg    https://i.imgur.com/jeqfRRc.jpg

https://i.imgur.com/qNZvmIl.jpg    https://i.imgur.com/1Q7doH3.jpg    https://i.imgur.com/sSPCwYZ.jpg    https://i.imgur.com/CEAMkEg.jpg

dimanche 23 avril 2017

Boyka: Undisputed (2016)


Boyka: Undisputed
(2016)


Cela faisait très longtemps que nous attendions les nouvelles aventures de Yuri Boyka, personnage-phare de l'impressionnant Scott Adkins. Sept ans en fait, depuis Undisputed III: Redemption (la date de 2016 ne valant ici que pour une diffusion de festival) où il vola de ses propres ailes et transforma définitivement une "franchise" pour la faire sienne. Transcendé, le film réaliste de Walter Hill, presque plus une étude de personnages que film de prison ou de boxe. Transcendé, le véhicule pour Michael Jai White, son quasi frère d'arme à l'écran comme dans l'arène. Yuri Boyka, le russe tatoué ultra violent, le "most complete fighter in the world" a laissé son empreinte dans le monde de la série B moderne d'action et tous ses suiveurs ne désiraient que de le revoir monter sur le ring.
Preuve en est ces messages constant sur les réseaux sociaux de Scott Adkins et de Isaac Florentine, metteur en scène des deux suites d'Undisputed et compère de longue date de l'acteur, demandant quand verra le jour le quatrième film. Ça viendra, nous disait-on, le duo se réunissant alors pour nous envoyer un Ninja II inattendu et calmant tout le monde (et un Close Range très moyen qu'on ne mentionnera pas puisqu'il s'agissait d'un simple gagne-pain). Pendant ce temps il faut prendre son mal en patience et assister à une apparition de Atkins dans Doctor Strange, où hélas il ne réduit pas Benedict Cumberbatch à l'état de pulpe sanglante.


Et puis enfin le tournage est annoncé avec Boyka: Undisputed IV (il perdra son numéro en cours de production), qui pour la première fois nous montrera la bête de combat lâchée dans la nature. Passé la petite déception de ne pas revoir Florentine derrière la caméra, celui-ci étant remplacé par Todor Chapkanov, réalisateur Bulgare à carrière anecdotique mais pas incompétent, on se rassure bien vite à travers les prouesses physiques d'Adkins et le fait que le script est toujours signé par les "créateurs" du personnage, David N. White et Boaz Davidson. Cela assure la continuité (la blessure au genou est mentionnée) et permet de ne pas se retrouver avec un Boyka différent ou revisité. Encore que l'intrigue nous présente une nouvelle facette du personnage, son humanité, et du coup il existe une sorte de rupture entre le taulard haineux et arrogant vu auparavant et le combattant agressif mais social avec lequel on se retrouve ici.
L'anti-héros montrait déjà auparavant quelques signes d'une personnalité moins brutale qu'il ne laisse paraitre (sa passion pour l'histoire des arts martiaux et son sens d'honneur de combattant dans Undisputed II, et lorsqu'il remercie un adversaire après un combat dans Undisputed III, entamant une conversation avec un autre en découvrant que celui-ci est un père de famille), mais l'amplification est parfois un peu perturbante. Jamais, par exemple, je n'aurai imaginé Boyka faire des dons à l’église du coin afin de les fournir en Bibles, où s'entrainer devant une bande de gamins sans que cela ne le dérange.


En vérité ces éléments ne sortent pas complètement de nulle part, et si le troisième film était sous-titré Redemption, celui-ci pourrait presque s'appeler Undisputed IV: Salvation. Le champion russe a toujours été croyant, sensible à certains thèmes, et il semble ne pas s'être totalement pardonné certains choix de vie. Il essaye clairement à compenser et, s'il explose toujours ses adversaires sur le ring, il cherche à faire en sorte que cela soit pour quelque chose. Il tente coûte que coûte de quitter le milieu du combat clandestin et se voit justement offrir la chance de sa vie de rejoindre les grandes ligues officielles, tentant d'expliquer à un prêtre que malgré sa violence, le free fight possède des règles et n'est pas que brutalité gratuite.
Ce concept amène évidemment à l'intrigue de ce nouveau filmet, après un combat où il se perd un peu trop en démonstration afin d'impressionner quelques représentants, Boyka tue accidentellement son adversaire. Un fait qui ne préoccupe pas grand monde et dont il n'a techniquement même pas à se soucier, l'homme n'étant pas décédé sur le ring mais quelques temps plus tard à l'hôpital, mais qui le bouleverse totalement. Il y voit là un acte à l'encontre des commandements de Dieu et une tragédie pour la famille du défunt. Et alors que son manager ne pense qu'à leurs avenirs dans le business, Boyka tient à présenter ses excuses à la femme de sa victime. Même si cela peut tout lui coûter.


Il la retrace en Russie et retourne au pays, malgré son statut de criminel en cavale là-bas. Bien vite il comprend qu'elle doit rembourser quelques dettes que feu son époux avait contracté auprès d'un mafieux local, comme par hasard organisateur de combats illégaux, et va décider participer à ceux-ci afin que l'argent gagné puisse la libérer totalement. Malheureusement pour lui le responsable ne compte pas se séparer de la veuve, qu'il convoite depuis un certains, et celle-ci n'est pas très réceptif aux condoléances du meurtrier de son mari. Boyka va devoir autant lutter sur le ring qu'à travers son âme pour prouver qu'il n'est pas qu'un tueur monstrueux...
Et ainsi, une partie du film repose sur la relation conflictuelle entre le protagoniste et Alma, sa "demoiselle en détresse" qui n'en demande pas tant mais qui se laissera inévitablement gagner par sa bonne volonté. Pas une romance – ce qui serait de très mauvais goût, même si on frôle parfois la bleuette. De l'inédit dans la saga, jusqu'ici centralisé dans un environnement 100% mec, mais qui au final n'est pas tellement différent de tous les autres films d'action pouvant sortir chaque année. L'intérêt ici, c'est que ce n'est pas un héros générique au centre de cette situation mais Yuri Boyka, que l'on imagine plus hurler comme une bête en étant couvert de sang que balbutier devant une jolie maitresse d'école !


Pour autant, cela ne constitue pas une trahison ou un adoucissement du personnage que l'on a suivi jusqu'ici. Yuri Boyka reste Yuri Boyka. Il jure, il frappe, il ne considère personne et reste dans sa quête de la perfection martiale. Sa rédemption, elle lui permet certes de sauver quelques personnes (Alma et son centre pour enfants) mais elle est avant tout pour lui. Et lorsqu'on le cherche, on le trouve, Boyka: Undisputed donnant avec générosité ce que l'on était venu voir: de la baston. Du un contre un, du deux contre un dans ce qui reste un des meilleur morceau de cet opus, et si la bande-annonce tentait d'annoncer la couleur en montrant son protagoniste avec un pistolet à la main, le film préfère amplement lui refiler une bonne vieille batte de baseball qui parait alors bien plus mortelle. Peut-être pas aussi viscéral que lorsque Adkins l'utilisait pour un duel pour Universal Soldier: Day of Reckoning, mais diablement violent malgré tout.
Les combattants livrent des prestations impressionnantes, la star en tête, et c'est avec plaisir que l'on constate que le metteur en scène (assistant réal' sur à peu près toutes les productions Nu Image / UFO faite dans son pays, il est aussi coupable d'un Monsterwolf assez sympa et a trainé les pieds sur le plateau de La Chute de Londres) sait ce qu'il doit faire pour les mettre en valeur. Il cadre large, sait où se placer et laisse la chorégraphie fonctionner grâce à un montage simple mais dynamique. Tout le contraire des mauvaises productions actuelles où l'action est illisible à cause d'une shaky cam et d'un montage épileptique.


Adkins s'en plaint régulièrement mais il doit parfois composer avec ce type de films pour gagner sa vie, aussi il est heureux que ce nouveau Undisputed ne soit pas tombé dans cette mauvaise catégorie malgré la perte de Florentine en chef d'orchestre. Seul bémol peut-être, l'utilisation du "dernier boss", le champion de l'antagoniste qui ressort sur le matériel promotionnel mais qui n'apparait finalement que pour deux scènes: sa sympathique introduction, qui le présente comme un monstre de combat, une version démoniaque de ce qu'était Boyka dans Undisputed II, et sa confrontation avec celui-ci dans le dernier acte. Un face à face finalement très court et pas plus spectaculaire que ça.
Ce n'était pas faute de jouer sur l'image du personnage, son interprète Maryn Ford étant un colosse aux proportions quasi surréalistes (très proche de Nathan Jones, le Rictus Erectus de Mad Max: Fury Road). Le bonhomme ne parle pas, grogne comme un animal, et la police doit le transporter en harnais et en muselière comme une sorte d'Hannibal Lecter sous stéroïdes. Un beau spécimen mais sous-employé, sans impact sur le récit et finalement moins marquant que le géant Marko Zaror de Undisputed III qui avait plus que son physique pour séduire le spectateur.
Un combat de plus avec lui aurait sûrement fait du bien au personnage comme au film, qui du coup aurait gagné un élément grotesque amusant pour contrebalancer la quête rédemptrice parfois contemplative du protagoniste principal.


En conclusion le film pourrait constituer la parfaite conclusion de la "trilogie Boyka", bouclant la boucle avec une fin pas imprévisible mais faisant un joli clin d’œil à ses prédécesseurs. La toute dernière image, montrant Boyka resplendir, se tenant là où il brille le plus, est une très bonne fin pour le personnage. Pour autant ceci laisse la porte ouverte à une possible suite, le champion étant restitué à son univers d'origine. D'autant qu'il reste cette idée que Boyka a su séduire des officielles du MMA, qui œuvrent dans les grandes ligues où en toute logique devrait opérer "Iceman" Chambers, alias Michael Jai White, son grand rival. L'occasion parfaite d'un match retour !
En attendant de voir où cela nous mènera, tout en sachant qu'un Ninja 3 est également une probabilité pour l'avenir, Adkins retrouvera White prochainement pour les besoins de Triple Threat, où viendra s'ajouter Tony Jaa. Un film réalisé non pas par Isaac Florentine mais par Jesse V. Johnson, cascadeur sur de grosses productions, auteur d'un sympathique The Package où s'affrontaient Dolph Lundgren et Stone Cold Steve Austin, et avec qui Scott Adkins également tourné un Savage Dog qui sortira prochainement. L'air de rien, voilà beaucoup de bonnes choses à venir pour le cinéma d'action de série B !



GALERIE

https://i.imgur.com/eaqtXAL.jpg    https://i.imgur.com/fAhWAeg.png    https://i.imgur.com/9ZsbCrK.jpg

jeudi 20 avril 2017

Black Lagoon Fanzine, par Chris Labarre


Chris Labarre, estimé collègue, tenancier du Steadyblog, rédacteur au Steadyzine et maquettiste pour Médusa Fanzine et Hammer Forever (bref, encore un grand), fait un beau cadeau à toute l'équipe de Black Lagoon pour la naissance de leur petit. On l'en remercie très fort !

mercredi 19 avril 2017

Black Lagoon #1 – Sommaire


Ce n'est plus un secret, le fanzine Black Lagoon va bientôt sortir et c'est avec plaisir que je vous annonce que je ferai partie intégrante de l'équipe dès ce premier numéro ! Une rédaction qui se compose naturellement des deux créateurs (j'ai nommé Rigs Mordo, concierge d'une Toxic Crypt qu'on ne présente plus, et Jérôme Ballay, dit l'Oncle Jack chez Ze Curious Goods) mais aussi de Thierry Augé, le très respectable auteur de La Séance à Roggy, et de deux futur collègues que je n'ai pas encore le plaisir de véritablement connaitre, Matthieu Nédey et Frédérick Tognet (désolé les gars, plus de fleurs la prochaine fois !).
Si j'ai déjà eu l'honneur de participer à Vidéotopsie et au Médusa Fanzine ces dernières années (que je remercie encore pour leur confiance et pour m'avoir offert cette opportunité), je dois avouer être profondément touché par l'idée d'intégrer véritablement une telle publication sur (possiblement) du long terme et dès ses débuts, ainsi que de pouvoir y côtoyer quelques chroniqueurs Bisseux reconnus. Se pose la question de savoir si je suis digne de les suivre, et je plains d'avance mes futurs lecteurs pour ce que je vais leur écrire dans ces pages, mais pour l'instant l'heure est à la fête.


La page Facebook vient de publier le sommaire de ce Numéro 1 à paraître et on peut considérer cela comme l'annonce officielle de lancement, aussi je me permets de repartager l'information plus ou moins textuellement:

• Dossier They Came From the Sea: du Mysterious Island de 1929 à Hypothermia en passant par l’inévitable Gill-Man, les B Movies Sixties façon The Horror of Party Beach, les films d’exploitation désargentés Slithis ou Zaat, les baignades cultes des 80’s comme Les Monstres de la Mer et Le Continent des Hommes-Poissons et sa suite, ou encore les zéderies modernes à la They Bite, Splatter Beach ou Aquanoids, tous les hommes-poissons (une quarantaine de films chroniqués) ou presque passeront sur le grill au gré des 56 pages du dossier !

Nosferatu à Venise : retour sur le très mouvementé tournage de cette escapade italienne du célèbre vampire, ici personnifié par un Klaus Kinski égal à lui-même lorsqu’il s’agit de foutre le bordel sur un tournage ! Nettoyez vos nuques, mesdames, car l’Allemand a des envies de suçons et a déjà pompé toute l’énergie de plusieurs réalisateurs...

Horror Metal Up Your Ass ! : tout le monde devrait écouter du metal (si possible extrême) et les amoureux de l’univers horrifique en premier lieu ! La preuve sera faite de Black Sabbath à Electric Wizard en passant par White Zombie, Mortician, Cathedral, Frightmare et Death Curse pour n’en citer qu’une poignée, un tour d’horizon qui sera fait en headbanguant ! Et histoire de ne pas en rester là, on fera le signe de la bête via une chro de Deathgasm et une interview de Pierre de Palmas du groupe de grindcore Blue Holocaust ! Horns up !

Popatopolis, in bed with Jim Wynorski : dissection du documentaire revenant sur la création faite de bric et de broc de The Witches of Breastwick, tout petit Z du grand Jim Wynorski (Chopping Mall, The Lost Empire,...). L’occasion de rendre hommage à une personnalité que l’on affectionne tout particulièrement par chez nous...

Books, books, books... : mater de la pelloche suintante, c’est bien, mais lire des bouquins nucléaires, c’est pas mal non plus ! Nous reviendrons ainsi sur « Bruno Mattei, Itinéraires Bis » de David Didelot, sur les « How I Made A Hundred Movies In Hollywood And Never Lost A Dime » et « Crab Monsters, Teenage Cavemen, and Candy Stripe Nurses » rendant l’hommage qui lui est dû à Roger Corman, et enfin sur « Contanimations : Guida al fantacinema italiano anni '80 » et « Apocalypse Italia », deux ouvrages inédits dans nos contrées et se penchant sur le bis rital des eighties.

• Plus quelques rubriques vouées à devenir « habituelles » : Comix Zone (cette fois c’est Bikini Atoll et Sonar qui y passent), Craignos Sentai et ses monstres japonais délurés, Demonic Toys et ses jouets nous ramenant en enfance et, enfin, quelques pages pour faire le point sur l’actualité locale, principalement fanzinesque mais pas que !


Enfin, et par soucis du détail, je préciserai que ma modeste contribution se compose de deux chroniques pour le dossier principal: le très Z Aquanoids, où il y a un peu plus de poitrines féminines que d'écailles verdâtres, et le mal nommé Hammerhead: Shark Frenzy puisque tout le monde l'appelle Sharkman. Dans celui-ci, Jeffrey Combs joue un Dr. West moustachu qui s'amuse avec des plantes mutantes, bouffe du rôtis de porc à trois yeux et organise des rape-dates entre de jolies donzelles avec l'homme-requin du titre. Également au programme, un compte-rendu d'une bande-dessinées adapté du classique Humanoids From the Deep. Bref, du sang, du sexe et du mutant aquatique, avec évidemment zéro budget. Tout ce qu'il faut pour faire une première bonne impression ! Pour le reste, Black Lagoon #1 fera exactement 100 pages tout en noir et blanc (la couleur a été envisagée – croyez-moi j'ai vraiment insisté, mais les frais étaient indécents et François Fillon ne répond plus au téléphone), avec une couverture somptueuse qui le rend méchamment classe. Le fanzine sera disponible au prix de 10 euros, commandable pour l'instant uniquement par mail (fanzineblacklagoon@gmail.com). Il sera également présent sur notre stand aux deux conventions à venir: le Bloody Week-End (Audincourt, France, fin Mai) et le Retro Wizard Day (Liège, Belgique, Octobre).

D'ici là n'hésitez pas à passer sur la page Facebook pour Liker ou y laisser vos commentaires ou questions. Je donne rendez-vous aux courageux et aux détracteurs pour le Bloody Week-End, où toute l'équipe sera présente pour la première fois !